Une brève histoire du cocktail…

Spread the love

Ils donnent du style, mais un petit parapluie en papier et un zeste d’orange ne font pas un cocktail. Alors qu’est-ce qui fait un bon cocktail ? Quelques petites choses – un subtil mélange de spiritueux, des jus de fruits, des sirops aromatisés, une pointe d’amertume, mais surtout son histoire !

Les cocktails sont traditionnellement considérés comme une innovation américaine, mais ils ont en fait été inspirés au moins en partie par les punchs britanniques : de grands bols de spiritueux mélangés à des jus de fruits, des épices et d’autres saveurs, servis dans les maisons de punch au XVIIIe siècle.

Le terme cocktail est apparu pour la première fois dans le journal britannique The Morning Post and Gazetteer imprimé en mars 1798 :

Mr. Pitt,
two petit vers of « L’huile de Venus »
Ditto, one of « perfeit amour »
Ditto, « cock-tail » (vulgarly called ginger)

Mais ce terme fut définitivement adopté à New York en 1806 dans le The Balance et le Columbian Repository de Hudson ou l’éditeur Harry Croswell répond à la question suivante : « Qu’est-ce qu’un cocktail? »

Cock-tail est le nom d’une liqueur stimulante, composée d’essences de toute sorte, de sucre, d’eau et d’amers –  appelé bittered sling (difficilement traduisible, peut-être « fronde amère » ? La « Sling » étant antérieure au cocktail, du même ordre sans les amers.), et elle est censée être une formidable potion électorale, dans la mesure où elle rend le cœur robuste et audacieux, en même temps qu’il fourre la tête. On dit qu’il est également d’une grande utilité pour un candidat démocratique : parce qu’une personne qui en a avalé un verre est prête à avaler n’importe quoi d’autre.

Quel que soit son origine, le travail de deux hommes – Jerry Thomas, un barman né dans le Connecticut, et Harry Craddock, un garçon du Gloucestershire – a incontestablement fait apparaître le cocktail sur les cartes. Jerry Thomas alias « Professor » Thomas écrit le premier livre contenant une sélection de recettes de cocktails en 1862 – The Bartender’s Guide, le conduisant à être proclamé le parrain des barmans Américains.

En publiant The Savoy Cocktail Book en 1930, Harry Craddock quant à lui a scellé le destin du cocktail classique, Le Savoy devient la référence des mélanges de boissons et Craddock devient le dieu du cocktail. Ce livre sert toujours de référence aux barmans du monde entier.

 

Comments are closed.

X